Goliarda Sapienza, romancière à l’école de la vie dans la prison pour femmes

La romancière italienne Goliarda Sapienza revient à titre posthumeL’Université de Rebibbia. Après Moi, Jean Gabin, dans ce nouveau récit traduit en français, imprégné de son esprit espiègle et frondeur, elle y raconte son expérience dans la prison de  femmes de Rebibbia  et décrit le système carcéral italien des années 80.

Lire la suite sur Terriennes #autopromo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s