Elle fait une fausse couche, elle est accusée d’homicide

"Libres d'avorter"

Ça se passe dans l’Etat du Guerrero au sud-ouest du Mexique. La justice a condamné une femme indienne. Son crime ? Virginia a fait une fausse couche, les médecins l’ont accusée d’avoir avorté. Alors que les lois de cette région ne punissent pas encore l’IVG, cette femme est en prison depuis 2006. Bienvenue dans le monde de l’absurde.

En avril 2006, Virginia tombe et elle ne peut plus se relever. Quelques heures après, elle est transportée dans un hôpital à plusieurs kilomètres de chez elle. Les médecins la soupçonnent d’avoir provoqué sa fausse couche, son utérus s’est déchiré. Ils la dénoncent.

Sans aucun mandat, la police fouille le domicile de cette femme et elle trouve des traces de sang. Pourtant, aucune trace de produits provoquant une IVG n’a été trouvée. Les médecins légistes ne pratiquent pas d’autopsie sur le corps du foetus, les causes de sa mort n’ont jamais été déterminées.

Même si des lois anti-IVG ne se sont pas encore ajoutées au code pénal de l’état du Guerrero* et malgré une procédure plus que défaillante, Virginia est accusée d’homicide. Elle est désemparée. L’indienne parle mal l’espagnol,  est pauvre et comprend à peine ce qui lui arrive. La justice ne lui fourni ni traducteur ni avocat. Des pratiques qui piétinent les « lois » du pays.

Condamnée même s »il n’y a pas de délit

En février 2009, elle est mise en garde à vue et reste en prison jusqu’au moment de son inculpation, six mois après. Ce n’est pas pour autant que le juge prononce une sentence. Ne cherchez pas à comprendre, c’est le système judiciaire mexicain.  Au total, elle a passé deux ans et 10 mois en prison sans savoir le temps qu’lle devrait rester enfermée.

En avril 2011, un collectif s’empare de sa cause. L’Institut de droits de l’homme du Guerrero, ainsi que deux associations, soutiennent la défense de Virginia- on n’a pas son nom de famille bien sûr, étant femme et en plus indienne- et présentent un recours devant la cour fédérale. Ils obtiennent un deuxième examen de l’affaire, par le même juge.

Mais il comprend mal ce qu’il doit faire et recondamne Virginia. La défense fait à nouveau appel. Ce mois-ci, une sorte de Cour d’appel devra examiner le dossier pour la deuxième fois et décider de la libération de la femme. Sa défense est optimiste, la Cour semble avoir saisi le à quel point la situation de la Mexicaine est aberrante.

17 Etats mexicains contre l’avortement

*Depuis 2008, 17 Etats du Mexique ont modifié leur lois « pour protéger la vie dès la conception jusqu’à l’accouchement » : l’avortement est devenu un crime. Mais pas dans le Guerrero, L’Etat de Virginia, où il est toujours légal d’interrompre sa grossesse quand elle en résulte d’un viol ou  quand la vie de la mère ou celle du bébé sont en danger. Une fausse couche n’est, bien entendu, pas punie par la loi.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s