Les femmes en revue

Des élections historiques en Tunisie, une possible réélection en Argentine, des « sages-hommes », des féministes au bord de la crise de nerfs et la garde rapprochée très féminine d’Hillary Clinton. Et tout ça, en perles parce que c’est bien connu, les filles aiment les bijoux.

9 mois après la chute de Ben Ali, les Tunisiens votent. Mais le spectre de l’islamisme plane sur le scrutin. Le parti islamiste est favori.

Toutes les précisions sont dans les petites perles. Il suffit de cliquer !

L’heure du choix

Le dimanche 23 octobre, les Tunisiens actent leur passage de dictature à démocratie. Les Tunisiennes ne représentent que 7% des têtes de listes pour ce scrutin, malgré le rôle qu’elles ont joué pendant la Révolution de Jasmin. Les envoyés spéciaux de TV5 Monde sont allés à la rencontre de quatre femmes qui ont incité la population à voter. Parfois par le biais de la provocation.

Ce dimanche est aussi journée d’élection en Argentine. Même si sa popularité a été fortement mise à l’épreuve pendant les récentes élections municipales, Cristina de Kirchner est largement favorite. Sa stratégie électorale serait sur le point de payer. Elle n’a pas hésité a évoquer le souvenir de son défunt mari et prédécesseur pour attendrir plus d’un électeur désenchanté.

Un homme sage

Un étudiant sage-femme lève la voix pour dénoncer la discrimination dont lui et ses collègues sont victimes. Dans un milieu dominé par les femmes où il faut passer plus longtemps le nez sur des livres qui parlent vulve, ce n’est pas toujours facile d’être un homme. Le sexisme, ça marche dans les deux sens.

Vodpod videos no longer available.

Les femmes en revue, posted with vodpod

Un homme moins sage

Les féministes seraient sur le bord de la crise de nerfs. C’est ce qu’affirme Benoît Rayski, journaliste et historien qui s’emploie à dénoncer « les petites bourgeoises » d‘Osez le féminisme ou Chiennes de garde. Parce qu’une femme est hystérique, et donc si elle gueule ça veut dire qu’elle a ses « ragnagnas ». Les méthodes ultra médiatiques de ces deux groupes ne servent pas toujours la cause féministe, au contraire, mais de là à dire que ces femmes « sont au bord de la crise de nerfs »…

Pour cet historien, les seules féministes qui valent sont les membres de Ni putes ni soumises. Elles interviennent auprès des femmes dans les cités, seul endroit où les femmes sont en danger, d’après ce brave homme. Il faut savoir que l’ancien journaliste est un adepte du « choc de civilisations ». Pour lui, la banlieue française est en guerre : Ni putes ni soumises, qui traverse d’ailleurs une crise, sauverait les femmes de la barbarie d’une islamisation des banlieues. Benoît Rayski ou comment alimenter le cliché de la banlieue et de la femme en un seul article.

Les amazones d’Hillary Clinton

Un ange d’Hillary .

Pour faire partie de la garde de la secrétaire d’État de la première puissance mondiale, il faut être rapide, intelligente, prête à intercepter une balle, et tout ça, perchée sur des tallons. La photojournaliste américaine Stéphanie Sinclair a suivi ces dames qui protègent Hillary Clinton au quotidien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s