SOS pilule !

C’est le même rituel à chaque fois. La petite plaquette arrive à sa fin et, comme d’habitude, on n’a pas d’ordonnance du gynéco pour refaire ses emplettes. Soit la liste d’attente chez le toubib est interminable, soit on a été trop paresseuses ou trop occupées. Dans tout les cas, le scénario se répète sans cesse.

On arrive devant le comptoir du pharmacien et on raconte l’histoire apprise par cœur : “Mon chien a mangé mon ordonnance”, “Je n’habite pas dans cette ville et mon cycle recommence ce soir”, “J’ai rendez-vous avec mon médecin dans deux jours”, “Je vous rapporte ordonnance, c’est promis”. Si le pharmacien-ienne est pro ou brise-noisettes, il (elle) dira que vous n’êtes pas sur sa base de données et que c’est impossible de vous vendre vos pilules. Même si votre vie sexuelle en dépend, rien n’y fait.

Les plus chanceuses tombent sur un-e gentil-lle pharmacien-ienne qui leur donne une petite plaquette de dépannage ou carrément une Bilan_Contraceptiongrosse boîte pour être tranquille pendant trois mois. Jackpot ! A la fin de la plaquette, on recommencera le même cirque sans avoir fait l’effort de prendre rendez-vous.

Révolution

Ce petit comprimé a été toute une révolution dans la vie des femmes, et des hommes. Elles ont pu devenir mères par choix et non par défaut, c’était la porte ouverte à toutes les libertés, au libertinage, pour les détracteurs de la pilule.

Aujourd’hui, on se plaint de la corvée, on oublie même de la prendre au péril de changer des couches 9 mois après. Que diraient les femmes qui ont fêté l’arrivée de la contraception dans leurs vies ? “Espèces de filles gâtées, programmez une alarme dans votre iPhone et arrêtez de vous plaindre !”

Le problème c’est qu’en 2010, une grossesse sur trois est encore non prévue, et dans les deux tiers des cas elle a lieu sous contraception, selon le Baromètre Santé 2010. Même si plus de 91% des Françaises sexuellement actives âgées de 15 à 24 ans disent employer une méthode contraceptive.

Publicités

2 réflexions au sujet de « SOS pilule ! »

  1. J’avais lu « une grosse sur trois n’est pas prévue ». Et puis je me suis dit que bien que pas fausse, cette phrase n’avait pas grand chose à faire là ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s