La semaine en revue

Un bilan accablant pour les femmes, les fêtes à Pampeloune deviennent un terrain propice aux agression sexuelles, “la reine des tabloïds” arrêtée et atomic Anne déménage chez Libé. Une semaine violente pour les femmes.

Les traditionnelles fêtes à Saint Fermin en Espagne deviennent dangereuses pour les femmes. ©Jesús María Ezkherra

Violence domestique, un coup dur porté aux femmes

Une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publiée mardi sur «les violences physiques ou sexuelles au sein du ménage» détermine que les violences faites aux femmes ont lieu plutôt chez elles. Les résultats cumulés de trois enquêtes «Cadre de vie et sécurité», menées en 2008, 2009 et 2010, auprès de 40 000 personnes de 18 à 75 ans, le démontrent. Presque la moitié des femmes interrogées (44,6%) désignent leur conjoint comme l’agresseur.

Hommes et femmes confondus, seulement 18,7% des victimes ont consulté un médecin à la suite de ces violences. Et la moitié d’entre elles ont été obligées d’aller à l’hôpital pour soigner des blessures visibles ou des fractures. Le chiffre diminue encore (11%) pour les femmes ayant été agressées ou forcées sexuellement à la maison. Seul 10% des femmes ont osé porter plainte. Un bilan de 663 000 victimes en deux ans.

Ce n’est pas toujours la fête à San Fermin

©Jesús María Ezkherra

Les fêtes de la San Fermin à Pampeloune a aussi sa face cachée : deux femmes ont affirmé avoir subi des agressions sexuelles, une pratique dénoncée par les groupes féministes qui réclament une réponse des pouvoirs publics. Plusieurs associations féministes dénoncent un climat permissif, propice aux agressions sexuelles qu’elles accusent la municipalité de cacher pour ne pas nuire à l’image des fêtes. Des groupes féministes ont ouvert une ligne rouge destinée aux femmes et ont placardés sur les murs des posters portant les mots « Non aux abus sexuels ». La fête s’est achevée jeudi dernier.

 “La reine des tabloïds” arrêtée

La classe politique britannique demandait la démission de la rousse aux longs crocs depuis quelques jours. Rebekah Brooks, au coeur de l’affaire des écoutes, qui a entraîné la fermeture du journal News of the World, avait été contrainte à démitionner vendredi. Elle était rédactrice en chef de ce journal lors que le scandale a éclaté, elle dirigeait aussi la branche britannique de l’entreprise du magnat des médias Rupert Murdoch. C’est une descente aux enfers pour une femme qui avait gravi les échelons. Elle a commencé en tant que secrétaire et à force de faire du golf et de l’équitation avec le patron elle est devenue indispensable pour  Murdoch.

Anne Lauvergeon chez Libération

L’ex patronne d’Areva sera à la tête du conseil de suirveillance de Libération. Elle remplacera Edouard de Rotschild. Atomic Anne « n’aura aucune influence sur la ligne rédactionnelle du journal », d’après Nicolas Demorand, directeur de la rédaction du quotidien depuis mars. Anne Lauvergeon ne devient pas pour autant journaliste après avoir passé 10 ans à la tête Areva. Le conseil de surveillance est un organe de réflexion et de pilotage stratégique. Rien à voir donc avec les titres mythiques de Libé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s