Maître Mô : « L’affaire Tron est la première résultante de l’affaire DSK »

Le maître Mô de cet avocat est la défense des femmes et enfants victimes de crimes sexuels. Maître Mô raconte les mésaventures judiciaires du barreau de Lille. Pour lui, les affaires DSK et Tron contribuent à libérer la parole des femmes.

 Il est presque aussi connu sur la toile que Maître Eolas. Il souhaite garder l’anonymat pou ne « pas racoler les clients ». L’avocat a  ouvert  son blog il y a trois ans et depuis, sa notorité n’a fait que croître.  Son article le plus lu a été consulté plus de 100 000 fois. Les histoires qu’il raconte encouragent les victimes d’abus sexuels à se confier sous couvert d’anonymat. Elles entrent en contact avec l’avocat par le biais d’une messagerie interne. « C’est le début d’un long parcours du combattant », explique cet homme longiligne à la voix de stentor. « Il faudra écouter la victime, recueillir des témoignages et surtout ne pas remettre en cause la parole de la femme ».

Même si la guérison des victimes de viol sera lente et douloureuse, aujourd’hui, il est un peu plus simple qu’il y a une vingtaine d’années. « Personne ne va traîner dans la boue quelqu’un qui dénonce un viol, l’époque où on fait culpabiliser la victime est révolue ». La femme se sent déjà coupable de fait, cela fait partie du paradoxe. « La médiatisation de différents scandales sexuels comme l’affaire Dutroux et aujourd’hui l’affaire DSK, le fait que la presse en parle et que le législateur ait rallongé les délais pour porter plainte contre un abus ont contribué à libérer la parole des femmes».

 La loi française permet de dénoncer un viol 10 ans après la date des faits et pour les mineurs ça peut aller jusqu’à 20 ans. « Il y a autant de victimes que de réactions ». Une femme violée peut réagir tout de suite après et se rendre au commissariat, se confier de manière désinvolte comme Tristane Banon, cacher le traumatisme dans un coin de son esprit ou se taire pendant vingt ans.

Les associations de soutien aux femmes qui subissent des abus remarquent que les coups de fil se sont multipliés après l’affaire DSK. Pour maître Mô : « Il est encore un peu tôt pour vérifier les retombées de cette affaire, mais cette femme qui s’est attaquée à un homme de pouvoir a montré à d’autres victimes qu’il est possible de dénoncer. L’affaire Tron est la première résultante de la plainte de Nafissatou Diallo ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s